Une maman, c'est un être qui a de l'humour derrière l'angoisse absolue qui te tombe dessus dès qu'on te pose ton lapin dans les bras.

La gravité n'a jamais été aussi plombante que le jour où tu réalises que tu ne seras jamais plus seule, que ta propre vie est tellement liée à celle de ton enfant qu'elle en dépend. La légèreté a pris 3.6kg et pas (que)dans les fesses. Si tu es comme moi, tu as un plan mental pour toutes les situations d'urgence et catastrophes naturelles. Un tsunami peut arrivée, tu es prête. 

Et puis tu redeviens progressivement une femme. Tu aimes rire de ta situation si complexe, la décrypter pour mieux l'apprivoiser. Tu fais des sketchs sur ton corps qui a changé, tes seins Mappy et le bac plus quinze qu'il faut pour savoir comment fonctionne la poussette de dingue qu'on t'a conseillé. Tu deviens la Florence Foresti des dîners entre amis. Tu lances des regards complices aux autres mères, t'aimes bien faire un peu peur aux jeunes demoiselles, tu ne peux pas t'empecher de raconter ta grossesse à la future maman au ventre rond.

Tu as des élans lyriques d'amour que seule une mère peut comprendre. Tu as touché à l'absolu, le graal, la vie éternelle. Tu es la déesse mère et l'amour déborde de tes yeux. Tu seras parfaite, tu es prête, tu as tout lu, le guide pour les nulles en 15 volumes. Ton enfant sera un roi humble, une princesse généreuse, un être complet. Toi, tu seras pour toujours un être divisé.

Toi qui lis, tu n'es pas seule. Si nous étions toutes franches, on te dirait que faire des gosses, c'est entrer dans une pâtisserie quand on est au régime : on bave devant la vitrine et une fois la religieuse au chocolat boulottée, on se demande si on a bien fait.

Tu n'es pas seule et tu vas rire, il y a des mamans qui partagent tout ce bonheur sur des blogs. Qui te font rire parce que tu traverses la même putain de période de fatigue, les doutes existentiels, la scission entre ce qu'il y a de meilleur pour ton lapin et ce qu'il y a de cool pour toi. Des mères qui sont délestées des vieux tabous et qui disent tout haut ce que la société ne dit pas.

Tu n'es pas seule avec tes sales gosses chéris qui te rendent chèvre, y en a même qui se lancent de sacrés défis :

allez en causer avec Lisa, du blog j'arrête de gronder mes enfants . Non parce que c'est super de lire Filiozat et de dévorer "parents épanouis, enfants épanouis" - ma bible - mais EN PRATIQUE, ON FAIT QUOI ?

ob_4e02ebfe2b8da8c9733d259cf336676f_vidra-002-3

Mais comme sur la toile il se passe des choses magiques, des coups de coeur réciproque, je viens vous parler du blog de la mère Tatouée. Une mère, c'est pas tatouée non ? Ben si. Elle m'a interviewé la semaine dernière et tout plein de gens nouveaux sont venus me voir ! Mais ce n'est pas pour ça que je parle d'elle aujourd'hui. 

 

Le blog de la mère tatouée qui n'est pas d'accord pour te laisser piquer ses photos tranquilou, alors tu fais une longue phrase à cliquer pour que le visiteur se retrouve chez elle ...

 

Un jour, elle est venue m'acheter une guitare sur A little market. Elle était contente, j'étais ravie. Bonne éval', bref, super tout va bien. Puis je reçois un mail avec une photo dedans : son petit lapin avec ma sa guitare dans les mains. S'il y avait une ouverture dans la guitare, on pourrait le cacher dedans tellement il est petit à côté d'elle. Dans ces moments là on dit quand même, on ne vend pas du made in China, les gens apprécient !

3 mois plus tard, le lapin a 6 mois et je reçois une jolie photo d'un petit nain - mains moins nain que la dernière fois-  à côté de ma sa guitare. Un mail qui tombe à un moment douloureux et qui me fait un bien fou.

Et puis un commentaire sur mon blog, qui m'intrigue. Je file voir le sien, je survole, je commence à lire, à lire TOUT (heureusement que le blog venait d'être créé, sinon je ne l'aurais pas lâché !). J'ai envie de rire, de pleurer, de m'étonner avec elle !!! 

L'article de la mère tatouée qui m'a accroché

Extrait qui tue : "Une fois qu’il était sorti du dedans de moi-même il s’est enduit d’un scotch double face invisible. Telle une sang-sue jouant les vampires il a compris que son bonheur était de vider mon corps de toute substance nichonesque."

 

L'article de la mère tatouée où je me suis dis ouf y a quelqu'un comme moi sur Terre !

Extrait qui tue : "Rien de dramatique je sais mais je me pose TOUT le temps des questions, je culpabilise pour tout. Je suis une Flippée de la Vie. J’ai tellement peur pour lui à chaque instant. J’aimerais avoir le pouvoir de le protéger de tout. De la maladie, de la peur, de la frustration, du malheur"

 

Extraits d'un peu partout :

"une tétée sur deux se transforme en un espèce d’épisode de lutte greco romaine entre un animal énervé et un pauvre néné qui ne savait pas ce qui lui arrivait. Entre les deux, moi qui arbitrais."

 

"Je me souviens de mes courbes dans le miroir, de mon ventre si rond et des petites bosses qui poussaient au gré de tes coups de pied. J’ai tellement aimé ce corps qui nous rassemblait. On ne faisait qu’un, on était vraiment beaux, quand tu seras plus grand je te montrerai"

 

"Et cette foutue solitude et personne avec qui en parler. Les larmes. Encore. De nouveau. Et ce bébé qui n’y peut rien mais qui refuse que je le pose. Et moi je refuse de le laisser pleurer alors je le garde contre moi."

 

"Moi je caresse tes cheveux, tu as une coiffure de punk, ça me fait sourire, j’essaye de les faire tenir d’un côté, puis de l’autre, en vain. Je renifle ton petit cou et je lui refais encore un bisou ou deux.
Je repars dans mes pensées et je me dis que j’écrirais bien un billet sur ces moments d’éternité avec toi. Peut-être tout à l’heure."

 

"10 mois… C’est quoi dans une vie 10 mois?
C’est tellement de choses et si peu à la fois.
Quand j’ai passé les tourniquets à 14h30 j’ai eu des papillons dans le ventre. Une nouvelle vie m’attend: celle d’une maman qui travaille. Et c’est tout à fait le même genre de papillons que j’ai eus 10 mois auparavant quand j’ai passé les tourniquets dans l’autre sens. Une nouvelle vie qui m’attendait: celle d’une femme active qui allait devenir maman."

 

      **************************************************************************************

 

Alors toi, jeune maman, future maman, maman pour la quinzième fois (ça existe sisi, je l'ai vu à la télé), toi qui n'a pas réussi à boire ton café chaud depuis des mois, pour qui une sortie équivaut à te rendre SEULE chez SUPER U, toi qui te demandes si par hasard t'aurais pas fait une belle boulette, tout en ayant envie de pleurer de bonheur quand ton tout petit te serre  dans ses petits bras, sache que tu n'es pas seule. On est au moins trois. Millier de millons. T'inquiéte pas, dans quelques mois, ton petit pisseur dans les couches ira faire caca aux toilettes en s'essuyant tout seul, en mettant sur pause son dessin animé, ouvrira le frigo pour caler sa petite faim et te fera les plus belles des déclarations d'amour. 

Et là j'ai envie de te dire : dis, la mère Tatouée, on se retouve dans 12 ans pour maudire l'adolescence et la crise de la cinquantaine (quarante pour toi, mais on va pas chipoté non)?

 

IMGP9589

Romane et moi en mars 2010

Cliché de la photographe Armelle Touzeau 

"Une fois qu’il était sorti du dedans de moi-même il s’est enduit d’un scotch double face invisible. Telle une sang-sue jouant les vampires il a compris que son bonheur était de vider mon corps de toute substance nichonesque." La mère Tatouée.