Elle a mis des heures pour me sortir d'elle. Un gros bébé joufflu de 4,050 kg du temps où la péridurale n'était pas encore une pratique courante.

Une médaillée olympique de la vie, ma maman.

Je me suis griffée le nez avec les ongles et l'infirmière m'a mis du mercurochrome. Rouge, parce qu'à l'époque on aimait le mercurochrome qui se voit. Petite dodue au pif de clown, elle n'aurait jamais pu me confondre avec un autre nourrisson. C'était le 17 décembre 1977. Elle m'a appelé Shirley et m'a dévoré comme un bonbon.

Tu avais 28 ans. Il y aurait eu 35 ans le mois prochain que tu étais devenue mère. On ne les fêtera pas ensemble, ma maman, ton rire nous laissé seules, nous tes deux filles.

 

Cette connasse de maladie t'a eu, petit grain d'énergie qui se battait contre un Lion.

Quelqu'un nous a laissé ce mot qui me fait tant de bien :

"Le malheur de t'avoir perdu n'efface pas le bonheur de t'avoir connu"

Le Grand Architecte t'a rappelé ... Le saligaud j'espère qu'il avait une mission vraiment plus importante pour toi !

 

Il y a eu du monde ce jeudi, pour te faire un dernier signe ici bas ...

De l'Amitié avec un grand A, de la musique, des photos ... Tout l'Amour que tu as semé.

 

Je regrette, maman, mes absences. Mes incompréhensions d'enfant. Mes fuites. Ma colère...

Tu me manques ...

 

A + , je t'aime(rais toujours)

 

Ta fille